News Linux

L'Actualité Linux et des logiciels libres

Regard personnel sur les enjeux actuels du numérique

Le numérique est entré dans nos vies depuis déjà quelques décennies et la révolution se poursuit, entraînant avec elle une économie et un modèle de société qui ont pour locomotive l’innovation. Ce fonctionnement, pour perdurer, impose un besoin de croissance économique et de compétitivité insatiable, attisant les désirs et prônant l’hédonisme. Nombreuses sont les voix qui demandent à ce que nous arrêtions cette fuite en avant, pour mettre en place des fonctionnements durables, dans l’idée de privilégier la qualité de vie et de préserver ces trésors sacrés irremplaçables que sont toutes les beautés et richesses naturelles de notre planète. Nous avons désormais conscience que notre monde est fragile, et des mesures responsables commencent à être prises au niveau politique. Quel rôle peut jouer le numérique dans la transition vers un modèle de société à la fois plus démocratique et qui viserait l’harmonie et la pérennité au sein de la nature ?

Ma première pensée va à l’utilisation bénéfique d’Internet, malgré des dérives possibles comme pour tout outil, je le perçois comme un nouveau continent d’accès facile, qui peut contribuer puissamment à la démocratie et à la paix mondiale. Tout comme regarder une photo de la Terre vue de l’espace, le sentiment d’appartenance à une même famille humaine a été exacerbé par Internet. Ce nouveau territoire virtuel doit être protégé des tentatives d’appropriations et de contrôles par des gouvernements totalitaires comme cela existe déjà pour certains pays. Il y a urgence à agir, car aujourd’hui l’humain possède un tel pouvoir de destruction, que nous ne pouvons nous permettre de pratiquer la politique de l’autruche. Idéalement Internet devrait nous conduire à l’épanouissement des libertés et responsabilités individuelles.

Les logiciels libres participent de cette préservation des libertés, en permettant à tout un chacun d’user et de comprendre les technologies qui permettent la libre circulation des informations, mais aussi pour tous les domaines d’activité, afin d’indépendance, pour connaître le fonctionnement des outils modernes utilisant les technologies numériques. On peut même parler pour les logiciels libres, de biens communs immatériels, qui contribuent à combler le fossé numérique entre les différentes régions du monde.

Le numérique c’est aussi une consommation d’énergie électrique importante, et l’usage de matières premières parfois rares. Pour évoluer, perdurer et rester populaire le numérique prend déjà trois voies importantes : la moindre consommation des composants électroniques, leur recyclage et en outre l’usage de sources d’énergies renouvelables. Mais il y a encore du chemin à faire pour que celui-ci n’ait pas d’impact négatif sur l’environnement, et les citoyens du monde doivent être vigilants à ce que les entreprises respectent une charte environnementale rigoureuse, il n’y a pas de seconde planète Terre. Il est difficile de vérifier par soi-même une bonne conduite à l’autre bout du monde, mais des organismes comme Greenpeace jouent ce rôle et nous alertent.

Aussi notre avenir proche devrait voir l’expansion du rôle de l’intelligence artificielle dans nombre de domaines, ainsi qu’un usage plus avancé de la robotique, les experts parlent de la disparition de 40 % des emplois existants actuellement d’ici quelques années. Le modèle de la croissance qui aboutirait au plein emploi n’est pour moi plus qu’une chimère que ressassent certains politiciens, écoutés par une population qui a peur de la précarisation, mais qui n’ose pas rêver d’autre chose, car les idéologies du XXème siècle ont été des échecs, et on nous fait croire que le système doit être encore plus déréglementé pour enfin être moderne et performant, je crois qu’en vérité cette pensée-là est aussi une idéologie du XXème siècle qui va échouer. Heureusement des mouvements tels que « Colibris » initié par Pierre Rabhi, proposent de nouvelles voies remettant l’écologie et l’humain au cœur des préoccupations. Je pense aussi à la « permaculture », cette méthode de conception de systèmes s’inspirant de l’écologie naturelle.

Aujourd’hui les entreprises dominantes se comportent pour la plupart de manière égoïste, dans un système, dont l’idée de départ est que la somme des intérêts personnels fait la prospérité d’une société. Or, notre monde a besoin de solidarités et de coopérations pour surmonter les défis de notre époque, pour la plupart, des problèmes dus à un modèle de développement économique néolibéral devenu la règle, et imposé à toutes les nations. L’accès de chacun aux ressources vitales ne devrait-il pas être la priorité de nos systèmes ? N’est-ce pas un moyen d’aboutir à la paix, tout comme la répartition des richesses ? Notre sentiment d’appartenance à une communauté humaine ne doit pas s’arrêter aux frontières, que celles-ci soient physiques ou idéologiques.

En France, pays matériellement très développé, où l’implantation du numérique est forte, nous devons anticiper cette raréfaction du travail ainsi que ses mutations rapides, il me semble que la voie à prendre est la formation continue et la répartition du travail. Pour ce faire, je crois que le nombre d’heures hebdomadaires de labeur doit être diminué. Aussi, à la vue des résultats positifs des différentes expérimentations dans le monde de mise en place d’un revenu universel, permettant à chacun de subvenir à ses besoins élémentaires, tels que pour la santé, le logement, la nourriture, l’éducation et les moyens de communications, nous devrions songer à cette manière d’éliminer la pauvreté. Cette voie n’est pas celle de la privatisation de tous les pans de la société, mais celle qui à mon sens se rapprocherait de Liberté-Égalité-Fraternité.

Enfin, le numérique peut aussi être un outil améliorant l’éducation, mais à mon avis il ne pourra pas remplacer cette source d’inspiration qu’est un professeur talentueux passionné par sa tâche et son sujet. Le numérique c’est aussi l’accès à la connaissance partout dans le monde, je pense notamment que Wikipédia est une chance pour beaucoup. Je crois que l’éducation doit aussi être un moyen de se connaître soi-même, c’est un savoir extrêmement utile qui épanouit notre potentiel humain et développe le goût d’apprendre. Notre société devient plus cosmopolite et le mélange d’élèves de différentes cultures dans les écoles nécessite je pense, un enseignement valorisant les points communs de l’humanité, par exemple notre motivation commune à rechercher le bonheur et à éviter la souffrance, l’idée étant de favoriser l’empathie et la bienveillance.

Au-delà des différentes religions il y a la spiritualité, c’est-à-dire la connaissance du fonctionnement de son esprit, nous avons désormais les connaissances requises, que l’on trouve par exemple en psychologie positive, ou dans ce que nous enseignent les grandes traditions spirituelles, qui sont des trésors de sagesse à ne pas négliger, pour pouvoir enseigner de manière laïque des notions sur le fonctionnement de nos émotions, des pensées, des sentiments, et permettre dès un jeune age de comprendre les aspects psychologiques de l’humain et ainsi faire preuve de plus de maturité. L’amour et la compassion sont des aspects de l’existence que nous partageons tous, il n’est pas nécessaire de s’en remettre à une quelconque religion pour pouvoir les cultiver, pourquoi ne pas leur donner une place dans l’éducation laïque ?

Aujourd’hui de grosses sociétés investissent des sommes colossales avec des objectifs transhumanistes, la technologie peut certes pallier des problèmes de santé ou des handicaps, ou même prolonger la vie, mais je me méfie de ceux qui voudraient, de manière intéressée, nous faire croire que le bonheur viendrait d’une intrusion de la technologie dans nos sphères les plus intimes, un monde à la Blade Runner en quelque sorte. Je crois que nous avons simplement besoin de découvrir que les ressources du bonheur sont déjà en notre possession, notre nature même le permet, et les enseignements spirituels sont là pour nous apporter un esprit plus clair, ainsi que la sagesse. Je pense qu’il est vain de courir vers notre propre robotisation.

En guise de conclusion, rappelons-nous que la joie est une chose qui double lorsqu’on la partage, les logiciels libres fonctionnent sur le même principe.

A propos de Patrick Fox

Créateur de l'entreprise Libre Expert qui fournie des services informatiques s'appuyant sur des logiciels libres, je travaille depuis plus de 18 ans dans les métiers de l'informatique. Je partage sur ce site mes différents centres d'intérêt comme les logiciels libres et l'open source, de l'aide technique ainsi que des réflexions personnelles. Aussi je peux répondre à vos besoins, écrivez-moi.

Libre OS USB a de nouvelles ambitions


L’entreprise Libre Expert développe depuis 2 ans déjà un système d’exploitation à base de GNU / Linux qu’elle a nommée Libre OS USB, dont la spécificité est de s’installer sur un support USB telle une clé de quelques giga-octets, et permet à son utilisateur d’avoir un environnement personnalisé qu’il peut facilement transporter avec lui. Aujourd’hui cette distribution est arrivée à sa cinquième version, améliorant encore l’expérience utilisateur et la compatibilité matérielle.

Récemment Libre Expert a lancé une campagne de financement participatif sur le site Kickstarter.com, un des leaders du genre sur le plan international, malheureusement l’objectif financier n’a pas été atteint, mais la visibilité donnée au projet a permise d’avoir des échanges avec des personnes prêtes à s’investir dans l’évolution de Libre OS USB.

Dans ces échanges il a été question notamment d’avancer sur la technologie qui permettrait d’utiliser facilement une clé Libre OS USB en virtualisation sur n’importe quelle plateforme (Windows, Mac OS X, GNU / Linux), mais aussi repenser le système de fichiers pour en améliorer les performances. Une autre piste à explorer est aussi la manière d’installer Libre OS USB sur un support pour un néophyte en informatique.

Libre Expert pense aussi à ouvrir le développement de sa distribution selon un modèle Open-Source pour permettre au projet de déployer ses ailes, l’entreprise usera d’un nouveau modèle économique permettant de proposer des versions spécifiques pour servir dans des contextes professionnels ou éducatifs.

A propos de Patrick Fox

Créateur de l'entreprise Libre Expert qui fournie des services informatiques s'appuyant sur des logiciels libres, je travaille depuis plus de 18 ans dans les métiers de l'informatique. Je partage sur ce site mes différents centres d'intérêt comme les logiciels libres et l'open source, de l'aide technique ainsi que des réflexions personnelles. Aussi je peux répondre à vos besoins, écrivez-moi.

Ma migration vers Debian 9.0 Stretch

Dans les locaux de Libre Expert il y a un ordinateur dédié aux tests serveurs, celui-ci héberge plusieurs autres systèmes grâce à la virtualisation, fonctionnalité permettant l’exécution de plusieurs systèmes d’exploitations en même temps, optimisant les ressources matérielles. Cet ordinateur utilise 3 disques durs, l’un héberge le système hôte et a une taille modérée, et les deux autres disques fonctionnent en mode RAID 1 logiciel pour contenir les donnés utilisateurs, cette utilisation particulière des disques fait qu’ils sont chacun une réplication de l’autre, celle-ci étant gérée par le noyau Linux pour assurer la sécurité des données si un des disques venait à avoir un problème. Cet ensemble fonctionne grâce à la distribution GNU / Linux nommée Debian, et à la sortie d’une nouvelle version stable de celle-ci je fais évoluer ma machine pour l’utiliser.

Debian est une organisation communautaire et démocratique, dont le but est le développement de systèmes d’exploitation basés exclusivement sur des logiciels libres.

Tout récemment la version 9.0 Stretch est parue, et j’ai comme à mon habitude migré vers celle-ci. Stretch apporte son lot de nouveautés et une meilleure sécurisation du système, la version 8.0 datant d’avril 2015, tous les logiciels ont connu une évolution significative. Pour mon usage en tant que serveur d’essai et de virtualisation, mes motivations d’évoluer vers Stretch se situaient surtout au niveau de Qemu, OpenSSH et du noyau Linux, sans oublier ma curiosité d’informaticien.

Pour migrer, voici les différentes étapes que j’ai suivie :

– mettre à jour ma version existante (pour moi la version 8) en utilisant les commandes « apt update » puis « apt upgrade ».

– ensuite modifier le fichier « /etc/apt/sources.list » en remplaçant le nom de version, ici « jessie » par « stretch ».

– puis faire à nouveau un « apt update » suivi de « apt full-upgrade », cette dernière opération peut prendre un peu de temps et d’attention, car beaucoup de paquets sont téléchargés puis installés, et le système de mise à jour pose parfois des questions relatives à la configuration.

Une fois ces étapes réalisées un redémarrage suffit, et le nouveau système est prêt à l’emploi. J’ai pu constater que le système démarrait vite et qu’un problème gênant au niveau des mots de passe lors de ma connexion aux machines virtuelles était corrigé, mais n’utilisant pas d’interface graphique pour cette machine je n’ai pas profité des dernières nouveautés de Gnome 3.22, ni du retour de Firefox dans la distribution.

A propos de Patrick Fox

Créateur de l'entreprise Libre Expert qui fournie des services informatiques s'appuyant sur des logiciels libres, je travaille depuis plus de 18 ans dans les métiers de l'informatique. Je partage sur ce site mes différents centres d'intérêt comme les logiciels libres et l'open source, de l'aide technique ainsi que des réflexions personnelles. Aussi je peux répondre à vos besoins, écrivez-moi.

Libre OS USB

La société Libre Expert propose une clef USB 3.0 bootable avec système Linux itinérant (persistance et cryptage des données enregistrées lors de l’utilisation) – ceci en 64 bits en version Française qui évoluera au fil des mises à jour de Ubuntu et des améliorations souhaitées par l’utilisateur.

La clef est capable de démarrer aussi bien en mode UEFI/Secure Boot (Nouvelle génération) qu’en mode Classique (Legacy/CSM) tout en conservant la persistance des données.

Les données personnelles dans le répertoire de l’utilisateur sont automatiquement cryptées par le noyau Linux et celles-ci seront uniquement accessibles après avoir saisi le mot de passe de l’utilisateur. Ceci pour sécuriser ses données en cas de perte ou de vol de la clef.

libreosusb

Il sera aussi possible de l’utiliser sous Windows à l’aide d’un logiciel gratuit de virtualisation fourni.

Cette clef peut devenir votre bureau ambulant de quelques grammes seulement. Branchez la sur n’importe quelle machine et démarrez votre système depuis la clef USB, vous disposerez d’un environnement de bureau moderne et rapide, capable de se connecter à Internet avec tous les outils courants. Grâce à la persistance de données vos paramétrages sont conservés et vos données aussi.

Utile si vous avez un ordinateur dysfonctionnant, grâce à cette clef, accédez à vos disques et récupérez vos données facilement !

Idéal aussi pour passer le temps puisqu’une dizaine de jeux classiques et sympathiques seront préinstallés, ou pour travailler sur vos documents grâce aux logiciels préinstallés !

Le système est basé sur Xubuntu un dérivé de Ubuntu (Le Linux phare de ces dernières années) avec l’avantage d’être léger, complet et rapide pour être passe-partout !

Sont présent sur la clef entre autres ces logiciels :

– Navigateurs Google Chrome(téléchargeable) et Firefox préinstallés

– Nombreux outils Internet (Thunderbird, Skype(téléchargeable), Filezilla, Bittorent, Pidgin, Teamviewer(téléchargeable)…)

– Cryptage de votre dossier utilisateur avec Ecrpytfs (cryptage AES-256)

– Possibilité de synchroniser ses données avec un service Cloud (ownCloud, Dropbox, …)

– Nombreux jeux classiques (Sudoku, Mahjong, Solitaire, SuperTuxCart, Echecs,…)

– Suite bureautique LibreOffice complète

– Lecteur vidéo et musique VLC

– Édition et enregistrement audio avec Audacity

– Graphisme avec The Gimp, Inkscape et Simple Scan

Gravure et extraction de DVD et CD-Audio

– Outil de partitionnement avec GParted

– Garantie du produit par Libre Expert pendant 3 ans.

A propos de Patrick Fox

Créateur de l'entreprise Libre Expert qui fournie des services informatiques s'appuyant sur des logiciels libres, je travaille depuis plus de 18 ans dans les métiers de l'informatique. Je partage sur ce site mes différents centres d'intérêt comme les logiciels libres et l'open source, de l'aide technique ainsi que des réflexions personnelles. Aussi je peux répondre à vos besoins, écrivez-moi.

Gepi le logiciel libre d’établissements scolaires

Gepi est une solution efficace de gestion et de suivi des résultats scolaires. Déployé sur un serveur, il est accessible par intranet ou internet par tous les acteurs de l’établissement. De la saisie des résultats de chaque évaluation par les professeurs à l’impression des bulletins au service scolarité, en passant par la préparation des conseils de classe, Gepi est un outil souple et facile d’accès, même pour les plus frileux à l’outil informatique. Au fil des développements, de nombreux modules sont venus s’ajouter (absences, trombinoscope, ECTS, emploi du temps, etc.), et l’accès à Gepi s’est élargi aux parents et élèves.

logo_gepi

Une grande proximité entre les développeurs et les utilisateurs

Une part importante du succès de Gepi est liée à son mode de fonctionnement. Le projet est articulé autour d’une équipe restreinte et stable, qui s’occupe non seulement de l’aspect technique du projet, mais aussi et surtout de son aspect dynamique en lien avec la communauté éducative. Cette dynamique s’est d’abord retrouvée au niveau du Lycée Pilote Innovant de Jaunay-Clan, où Gepi a d’abord été expérimenté, mais rapidement elle s’est élargie à une communauté plus large, par le biais d’une liste de diffusion.

Concrètement, cela signifie que la partie technique n’a jamais été considérée indépendamment des préoccupations des utilisateurs. Depuis la sortie de la toute première version de test à la fin de l’été 2001, les correctifs et améliorations de Gepi ont toujours fait suite à des demandes directes de la part des utilisateurs. Cette proximité induit un second avantage non-négligeable : la rapidité de réponse de l’équipe aux demandes formulées sur la liste de diffusion.

Des formats ouverts pour une véritable pérennité des données

Lorsque l’on fait le choix d’un système informatisé pour la gestion des notes, on s’inscrit en général dans une logique de moyen ou long terme, et il n’y a rien de plus désagréable que de se rendre compte en passant à une version nouvelle d’un logiciel que l’on ne peut plus lire les données des précédentes versions ! Cela pose un problème majeur lorsque les formats des fichiers en question sont des formats dits fermés, c’est-à-dire propriétaires, dont personne ne connaît la méthode pour les rendre lisibles. Dans le cas des formats ouverts en revanche, c’est-à-dire dont la structure est connue de tous, les données seront toujours exploitables, et il est bien rare qu’il ne se trouve pas un programmeur proposant un petit programme de conversion, le cas échéant.

A propos de Patrick Fox

Créateur de l'entreprise Libre Expert qui fournie des services informatiques s'appuyant sur des logiciels libres, je travaille depuis plus de 18 ans dans les métiers de l'informatique. Je partage sur ce site mes différents centres d'intérêt comme les logiciels libres et l'open source, de l'aide technique ainsi que des réflexions personnelles. Aussi je peux répondre à vos besoins, écrivez-moi.

KDE Plasma 5

KDE Plasma 5 fait référence à la dernière itération de l’environnement de bureau créé par KDE principalement pour les systèmes Linux. KDE Plasma 5 est le successeur de KDE Plasma 4 et a été initialement publié le 15 Juillet, 2014. Il comprend un nouveau thème par défaut, connu sous le nom « Breeze » ainsi que la convergence accrue entre différents appareils.

plasma5

Architecture logiciel

KDE Plasma 5 est construit en utilisant Qt 5 et KDE Frameworks 5. Plasma 5.0 améliore le support pour les écrans HiDPI et fournit un shell graphique convergent, capables de basculer entre les shells pour les différents périphériques cibles. Il comprend un nouveau thème par défaut, connu sous le nom Breeze. Les changements sous le capot comprennent la migration vers un nouveau système graphique, entièrement avec accélération matérielle centré autour d’un OpenGL (ES) à base de graphe de scène (canvas).

Systèmes de fenêtrage

KDE Plasma 5 peut utiliser théoriquement différents backends couplé à des systèmes de fenêtrage, à savoir les protocoles X11 et Wayland pour Linux / BSD, à Quartz pour OS X et GDI pour Windows.

Plasma 5 achève la migration de KDE Plasma 4 à QtQuick. QtQuick 2 de Qt 5 utilise un OpenGL (ES) Scenegraph d’accélération matérielle pour composer et rendre les graphiques sur l’écran, ce qui a permis le déchargement des rendus graphiques aux calculs coûteux par des tâches sur le GPU, ce qui libère des ressources sur la principale unité centrale de traitement du système, et est plus rapide et plus économe en énergie. Les changements internes dans le compositeur graphique et les Frameworks sous-jacents préparent au support de Wayland, qui est prévue pour une prochaine version.

Développement

Depuis la scission de KDE Software Compilation entre KDE Frameworks 5, KDE Plasma 5 et les applications KDE 5, chaque sous-projet peut choisir son propre rythme de développement. KDE Plasma 5 est sur son propre calendrier de sortie avec feature releases tous les trois mois et correction de bogues dans les mois qui suivent.

Site de KDE : https://www.kde.org/

source traduite de l’anglais de Wikipedia

A propos de Patrick Fox

Créateur de l'entreprise Libre Expert qui fournie des services informatiques s'appuyant sur des logiciels libres, je travaille depuis plus de 18 ans dans les métiers de l'informatique. Je partage sur ce site mes différents centres d'intérêt comme les logiciels libres et l'open source, de l'aide technique ainsi que des réflexions personnelles. Aussi je peux répondre à vos besoins, écrivez-moi.

La région de Valence en Espagne récolte les fruits du logiciel libre

La région de Valence, en Espagne rapporte qu’elle a économisé ces 9 dernières années 36 millions d’euros en basculant peu à peu l’ensemble des écoles sous Linux. Cette initiative est non seulement une réussite économique, mais elle a permis à un maximum de jeunes élèves de se familiariser très vite avec les logiciels libres. Dans les écoles, on trouve donc des PC sous Lliurex, un dérivé d’Edubuntu conçu par la région elle- même. Elle intègre bien entendu tous les outils ludo-éducatifs propres à la distribution, mais propose aussi des fonctions avancées de gestion de classe et de parc informatique ; la gestion des impressions est prise en charge par un module spécifique, qui permet de réduire les coûts. Par ailleurs, la région a également équipé 120 000 postes (dans les écoles et les administrations) de la suite LibreOffice là encore, c’est une économie non négligeable de 1,5 millions d’euros par an ! L’Estrémadure – une autre région espagnole – a rapidement suivi l’exemple. A quand l’utilisation de I inux dans toutes les écoles françaises ?

Source: Linux Pratique

A propos de Patrick Fox

Créateur de l'entreprise Libre Expert qui fournie des services informatiques s'appuyant sur des logiciels libres, je travaille depuis plus de 18 ans dans les métiers de l'informatique. Je partage sur ce site mes différents centres d'intérêt comme les logiciels libres et l'open source, de l'aide technique ainsi que des réflexions personnelles. Aussi je peux répondre à vos besoins, écrivez-moi.

Linux équipe 97% des ordinateurs les plus puissants au monde

C’est confirmé, d’après les dernières statistiques de top500.org (datées du mois de juin), Linux demeure le système d’exploitation le plus utilisé dans le monde des super-ordinateurs (ou super-calculateurs). Il équipe en effet 97 % des ordinateurs faisant partie du Top500 des plus rapides et des plus puissants du monde ; les systèmes Linux et Unix équipent à eux seuls 99,4 % des machines du Top500 – un nombre qui ne cesse de croître d’année en année – loin devant Windows et ses 0,4 % de parts de marché… Dans le trio de tête des constructeurs, on trouve HP (36,2%), IBM (35,2%} et Cray Inc. (10,2%). Aucune indication sur la distribution utilisée n’est fournie concernant la majorité des machines ; on peut toutefois apprendre que la distribution communautaire CentOS, basée sur Red Hat Enterprise Linux, équipe 9 machines du top.

Source: Linux Pratique

A propos de Patrick Fox

Créateur de l'entreprise Libre Expert qui fournie des services informatiques s'appuyant sur des logiciels libres, je travaille depuis plus de 18 ans dans les métiers de l'informatique. Je partage sur ce site mes différents centres d'intérêt comme les logiciels libres et l'open source, de l'aide technique ainsi que des réflexions personnelles. Aussi je peux répondre à vos besoins, écrivez-moi.

La ville de Toulouse sait faire des économies

La ville de TouIouse a économisé pas moins d’1 million d’euros en basculant l’ensemble des postes administratifs de la suite Microsoft Office vers Ia suite LibreOffice ! C’est en réalité tout le système informatique qui a été revu en 2008 lors de la mise en place de Toulouse Métropole. Selon Bertrand Serp, vice-président de Toulouse Métropole en charge du numérique, le logiciel libre est utilisé pour tous les sites et applications web de la ville (transports en commun, piscines…), ainsi que dans la gestion des documents électroniques. Toulouse apparaît donc comme la « ville modèle », non seulement parce qu’elle a appliqué la circulaire Ayrault de 2012 qui préconise l’usage des outils open source, mais aussi parce qu’elie est la première à avoir adhéré à l’APRIL en 2011 et parce qu’elle a joué un rôle important dans la création de l’Association Française des Collectivités Open Data (voir http://www.toulouse-metropole.fr/). Un exemple à suivre…

Source : Linux Pratique

A propos de Patrick Fox

Créateur de l'entreprise Libre Expert qui fournie des services informatiques s'appuyant sur des logiciels libres, je travaille depuis plus de 18 ans dans les métiers de l'informatique. Je partage sur ce site mes différents centres d'intérêt comme les logiciels libres et l'open source, de l'aide technique ainsi que des réflexions personnelles. Aussi je peux répondre à vos besoins, écrivez-moi.

Linux chouchou de la NASA

L’astronaute et géophysicien Alexander Gerst, actuellemenl en mission sur l’ISS, a récemment publié une photo sur Twitter et Google+, où l’on peut découvrir une station de contrôle… sous Ubuntu ! Voilà une sacrée pub pour toute la communauté, qui se réjouit de cette initiative prouvant qu’Ubuntu est un système fiable ! Le scientifique précise que le projet consiste à contrôler des rovers sur Terre depuis l’ISS, en vue de futures missions d’exploration de Mars. Notons qu’en 2013, la NASA avait déjà publié un communiqué annonçant la migration des ordinateurs de l’ISS vers Linux (Debian plus précisément). Pour suivre Alexander sur Twitter : @Astro_Alex.

Source: Linux Pratique

A propos de Patrick Fox

Créateur de l'entreprise Libre Expert qui fournie des services informatiques s'appuyant sur des logiciels libres, je travaille depuis plus de 18 ans dans les métiers de l'informatique. Je partage sur ce site mes différents centres d'intérêt comme les logiciels libres et l'open source, de l'aide technique ainsi que des réflexions personnelles. Aussi je peux répondre à vos besoins, écrivez-moi.